L'"École de l'amitié" est une école primaire destinée aux enfants issus des milieux les plus pauvres et aux "Restaveks" dans le port maritime haïtien de Cap Haïtien.

Les restaveks sont des enfants (souvent originaires de la campagne) qui ne peuvent être nourris par leurs propres parents et sont donc confiés à des parents ou à des familles d'accueil dans les grandes villes. Dans cette situation, ces enfants sont souvent chargés des tâches ménagères ou d'autres travaux pénibles. En général, ils ne reçoivent pas d'argent pour leur travail, mais sont plutôt compensés par un hébergement temporaire et le peu de nourriture que les familles décident de leur laisser. C'est une forme moderne d'esclavage. Les familles d'accueil sont censées envoyer les enfants Restavek à l'école pour une demi-journée, mais ce n'est souvent pas le cas, surtout lorsque des frais de scolarité sont facturés.

Apprendre pour la vie

Le projet de l'Ecole Amitié à Cap Haïtien

www.ecoleamitie.com

L'Ecole Amitié a ouvert ses portes en 1996 dans un quartier pauvre de Cap Haïtien, situé dans le nord-est d'Haïti. Cette école est restée ouverte pendant plus de 20 ans malgré des troubles politiques constants, des catastrophes naturelles et de nombreuses autres difficultés. Aujourd'hui encore, ses courageux fondateurs se battent pour la survie et l'amélioration globale de l'école. Le créateur et fondateur du projet, un enseignant haïtien du nom de Pierre Wallace, est décédé en 2005. Son successeur, Joël Ambroise, ainsi que la peintre allemande Laetitia Schütt (qui vit à Cap Haïtien), sa sœur Cornelia et une volontaire du nom de Regina Matt (qui est chargée de collecter des dons pour l'école dans toute l'Allemagne) sont toujours là aujourd'hui avec un engagement sans faille.

L'école est devenue un pilier social établi dans le village en donnant accès à une éducation de base à environ 800 enfants chaque année. Le programme scolaire propose deux années préscolaires, après quoi les enfants sont scolarisés de la1ère à la6ème année. L'école offre un enseignement en lecture et en écriture (en créole haïtien et en français), des bases en mathématiques et quelques autres connaissances générales de base. En plus des cours, les enfants ont également la possibilité de participer à des activités de loisirs, qui sont généralement acceptées avec beaucoup d'enthousiasme. Un club de judo a même été créé au sein de l'école. Les activités musicales telles que la participation à une chorale ou à une fanfare sont extrêmement populaires, et la créativité des enfants est encouragée et renforcée par des cours d'art.

Il existe également une école de couture qui peut montrer aux élèves plus âgés la voie vers un avenir autodéterminé et un travail rémunéré. Les uniformes scolaires et les vêtements personnels des élèves sont confectionnés sur mesure à un prix raisonnablement bas et apportent un sentiment de fierté et de bonheur aux créateurs. L'expérience ainsi acquise augmente également les perspectives de carrière des couturiers et des couturières.

Une autre partie du programme scolaire consiste à renforcer la confiance en soi des enfants et à les informer de leurs propres droits. Étant donné que les enfants Restavek sont souvent exploités par leurs familles d'accueil et qu'ils sont souvent victimes de violence et d'abus, il est particulièrement important de renforcer l'identité des enfants. Cela permet également aux enfants d'avoir une vision positive de leur avenir. Dans des circonstances normales, ces opportunités optimistes ne sont pas possibles pour les enfants, ce qui fait de la situation de Restavek un problème majeur en Haïti.

Un quotidien difficile
...avec des revers inattendus

Malheureusement, le20ème anniversaire de l'Ecole Amitié ne crée pas l'atmosphère la plus enthousiaste pour les personnes impliquées dans le projet. La raison en est que le pays connaît à nouveau une humeur négative en raison d'une crise politique, causée par plusieurs reports des élections du nouveau président. L'année a également été difficile sur le plan financier pour l'Ecole Amitié, car l'école a été frappée à plusieurs reprises par plusieurs tempêtes et inondations, en plus d'une pénurie de dons. Ces tempêtes sont fréquentes en Haïti et provoquent constamment des contretemps en raison des dommages causés aux infrastructures, pour lesquelles des dons précieux doivent être dépensés. En général, l'argent est retiré d'une autre partie du projet, ce qui entraîne un manque de fonds ailleurs. Les subventions de l'État sont régulièrement annulées, ce qui explique que l'école soit très dépendante du recours à des bénévoles et que les enseignants doivent parfois attendre longtemps leur salaire déjà modeste. Malheureusement, l'école est obligée de suspendre jusqu'à nouvel ordre les repas scolaires, si importants pour les enfants. Cela est dû à un manque de fonds et à une pénurie de nourriture de la part de l'État ou des organisations d'aide extérieures. Cette situation est très problématique, car les repas scolaires constituent le seul repas sûr de la journée pour certains enfants et une incitation importante pour les familles d'accueil Restavek à envoyer ces enfants à l'école.

Grâce à un contact personnel avec la chanteuse haïtienne TiCorn, ("petite Cornelia" Schütt est d'origine allemande), nous avons pris conscience du travail exemplaire de l'Ecole Amitié et avons décidé de contribuer à sa survie.